Plusieurs habitations aux Molières sont régulièrement impactées par le phénomène de retrait-gonflement des sols argileux (RGA), qui s’accentue avec le changement climatique : ces sols augmentent en volume lorsqu’ils sont gorgés d’eau et se rétractent en période de sécheresse, ce qui entraîne des mouvements de sols qui endommagent les ouvrages construits en surface (fissures,…). Lire à ce propos une alternative proposée par le CEREMA.

La commune a fait l’objet d’un arrêté interministériel de classement en état de catastrophe naturelle en 2018.

Elle est susceptible, après recensement de plusieurs cas récents, en constituant un dossier, photos à l’appui, de demander à nouveau ce classement, permettant à certaines garanties d’être mises en oeuvre pour les habitations assurées.

Plus d’une quarantaine de dossiers ont été reçus en octobre 2020, merci à vous.