Nous tenons à remercier d’abord les services administratifs à savoir Mesdames Macquet et Marigny pour leur travail préparatoire, rendu plus difficile par les caractéristiques inédites du budget 2020 qui le précède, dont l’exécution a été bouleversée par la crise sanitaire.
Cela brouille les repères et il a fallu remonter sur plusieurs années pour estimer au mieux les dépenses à affecter.

Personnellement, je remercie également les élus qui ont été impliqués dans la préparation du budget 2021. Nous sommes comme jamais entrés collectivement dans le détail des dépenses et recettes de fonctionnement, correspondant à 1 758 408,73 € pour ce budget primitif, et les recettes et dépenses en investissement, correspondant à 959 132,55 €.

Budget de fonctionnement
Nous connaissons une forte tension sur le fonctionnement, depuis quelques années, et l’augmentation du taux communal de la taxe foncière en 2020 a constitué un produit insuffisant pour y remédier.
Sans gaité de coeur, nous avons été contraints de voter à nouveau une augmentation de ce taux, même si celle-ci sera moindre comparée à l’année dernière.

La tension que nous connaissons sur le budget de fonctionnement est due à plusieurs phénomènes :

L’augmentation des charges de la commune est essentiellement due à une offre de services et d’équipements bien plus développée que ce dont les habitants disposaient il y a seulement dix ans, et en face de cette offre la contribution des habitants présente un réel décalage de leurs contributions au titre des impôts locaux, dans un contexte où les dotations de l’État ont diminué sur la période et n’ont pas matière à augmenter dans le futur.
Pour rappel, les dotations aux communes sont plus faibles en proportion pour les villages que pour les villes, on dit régulièrement 1 urbain vaut 2 ruraux, c’est une injustice car, au titre de l’impôt sur le revenu, cette fois, nous contribuons bien de la même façon où que nous habitions…

L’espace culturel & associatif, édifié en 2012-2014, avec un emprunt de 1,5 millions d’€, dispose de nombreux espaces dont une médiathèque, deux salles polyvalentes, un local médical afin de maintenir une offre de santé sur la commune.

 

La commune continue à donner la priorité à l’éducation et à l’épanouissement des enfants, par les moyens matériels et humains mis à disposition de l’école, et par le choix audacieux d’un emploi du temps adapté aux temps de l’enfant et à ses découvertes, plébiscité par les parents lors d’un vote en avril 2018. De nombreuses communes n’ont pas ce “poids” sur leur budget, mais n’ont pas non plus une offre éducative aussi riche.

 

L’Espace Sportif Couvert, édifié en 2020-2021, s’ajoute à une offre riche en termes d’équipements sportifs et de loisirs pour une commune de notre taille (citystade, stade municipal, skate-park, parcours sportif…). Budgétairement, ce dernier équipement a été créé sans emprunt, mais il a consommé une bonne partie des capacités d’investissement de la commune, qui sont à reconstituer.

Les choix d’équipements et d’offres de services de la commune pèsent donc bien sûr, avec par exemple un agent de surveillance qui contribue à mieux nous sécuriser au quotidien. Il permet ponctuellement de pallier à des problèmes de mobilité aussi.
Comme un foyer, la commune voit par ailleurs tous ses frais augmenter en permanence. Un travail rigoureux nous permet de limiter “la casse” en mettant en concurrence les fournisseurs et en revoyant leurs contrats, mais l’impact est bien réel.

Budget d’investissement
Pour entrer dans un cercle vertueux, il faut que notre budget de fonctionnement dégage des capacités d’investissement, lesquelles ont été réduites par l’ampleur des investissements réalisés depuis 10 ans.
Il nous faut pouvoir assurer la réfection de nos routes, sur lesquelles des travaux ont été réalisés quasiment partout ces dix dernières années, la réparation et le développement des bâtiments du patrimoine communal, mais aussi envisager des projets d’avenir, notamment pour répondre aux enjeux énergétiques et alimentaires, devenus stratégiques.

Impôts locaux
La taxe d’habitation est vouée à disparaître progressivement d’ici 2023. Elle n’est déjà plus prélevée pour les plus bas revenus.
Les communes n’ont désormais plus la possibilité de modifier les taux de taxe d’habitation. Pour la commune des Molières, le taux de la taxe d’habitation est figé à 12,14 % pour les contribuables qui la paient encore.
Les communes ne peuvent plus désormais agir que sur les taux des taxes foncières. Pour compenser la suppression de la taxe d’habitation, le taux départemental de la taxe foncière sur les propriétés bâties est transféré aux communes. Ainsi, au taux communal de la taxe foncière sur les propriétés bâties fixé aux Molières en 2020 à 25,69 %, s’ajoute 16,37% correspondant au taux départemental de cette même taxe.

Malgré l’augmentation du taux communal de la taxe foncière encore cette année, et avec l’effacement de la taxe d’habitation, chaque contribuable pourra se considérer comme “gagnant”.
Gagnant par un total de ses impôts locaux qui finira par être inférieur à ce qu’il payait en 2019, mais surtout gagnant, et c’est le message essentiel à faire passer, par une offre de services et d’équipements particulièrement forte sur notre commune, soyons en fiers !

Le Maire
Yvan LUBRANESKI