Une grande partie de notre région est concernée par la chenille processionnaire du pin (octobre-novembre) et du chêne (mai-juin).

Ces chenilles ont la particularité de se regrouper en nids (très visibles dans les pins où elles forment une poche qui pend à une branche, moins visibles dans les chênes où elles s’agglomèrent contre l’écorce), et de circuler sur les arbres ou à leurs pieds en “procession”.

L’autre particularité essentielle pose un problème sanitaire : leurs poils sont urticants, causent démangeaisons et risques d’allergies au contact de la peau, et peuvent se révéler encore plus blessants autour des yeux ou au contact des muqueuses.

L’agent d’astreinte de la commune est intervenu sur un chêne de l’école samedi 19 mai avec un professionnel, suite au signalement d’un nid la veille par le personnel périscolaire. Ce jeudi 24 mai, d’autres chenilles ont été repérées sur ce même arbre. Un périmètre de sécurité et une nouvelle intervention s’imposent.
Pour les parents : il est recommandé d’habiller vos enfants préférablement avec des manches longues et des pantalons. Les enfants sont par ailleurs sensibilisés par le personnel périscolaire, que nous remercions de sa vigilance.
N’hésitez-pas à consulter un médecin en cas de démangeaisons.

Les conseils de l’Agence Régionale de Santé

Pensez à observer les chênes qui sont dans votre jardin pour les traiter éventuellement. Tenez-vous à distance des chênes lors de vos balades dans la région en mai et juin.

En mai-juin, nous sommes en pleine période de développement des nids de chenilles du chêne.
Les chenilles urticantes de processionnaires du chêne se regroupent dans des nids qu’elles tissent avec des fils de soie. Ces nids peuvent atteindre plusieurs dizaines de centimètres de diamètre. Ils sont plaqués sur l’écorce du tronc et des branches. Ces cocons, ainsi que les chenilles et les peaux qu’elles laissent lorsqu’elles muent sont urticants. Pour limiter au maximum la présence de poils urticants, on peut brûler les nids directement sur l’arbre. Confiez plutôt cette opération à un professionnel qui aura le matériel pour monter en toute sécurité dans l’arbre et aura l’équipement nécessaire pour se protéger des urtications.

Pose de pièges pour les processionnaires du chêne : en juillet
Les processionnaires du chêne se transforment en papillon à partir du mois de juillet. Les papillons sont nocturnes et par conséquent très discrets. Afin de limiter le nombre de femelles fécondées, on peut installer des pièges qui vont capturer les mâles. Le principe est simple, on installe un piège à entonnoir avec une phéromone (odeur) synthétique qui imite la phéromone sexuelle femelle. Ce piège est totalement inoffensif pour le reste des insectes. La phéromone se diffuse autour de l’arbre et va attirer les mâles dans le piège, empêchant ainsi l’accouplement et donc le nombre de chenilles l’année suivante. Les pièges sont des pièges dits « à entonnoir », ils se suspendent sur une grosse branche à 2-3 mètres de hauteur. Il convient de vider les pièges tous les quinze jours et de changer la capsule renfermant la phéromone tous les 2 mois.

Partager

About Author

Yvan Lubraneski

error: Content is protected !!