Cérémonie des vœux et inauguration de l’Espace Culturel & Associatif Guy Jean-Baptiste TARGET.

Dimanche 10 janvier 2016.

Enfin ! Dimanche 10 janvier 2016, en présence des Moliérois, tous invités, des financeurs et des acteurs du projet, l’Espace Culturel & Associatif a été enfin inauguré. Les différents espaces qui le composent sont : un cabinet médical, une salle polyvalente, une salle d’exposition, une médiathèque, un appartement, une aire de jeux, un préau, un mail piétonnier, et bientôt un terrain de pétanque.

Dans son discours, le Maire a insisté sur la mutation du centre du village et la nécessité que ces espaces profitent à tous : « Cet espace culturel et associatif, et sa situation dans la commune, vont transformer durablement notre cœur de village. Nous allons travailler à ce que chacun se l’approprie et y trouve des motifs de satisfaction. »

Discours d’Yvan Lubraneski, Maire des Molières
Seul le prononcé fait foi.

« D’abord et devant vous, j’adresse tous nos remerciements aux services techniques, aux élus et bénévoles, et à l’aide précieuse d’Alain Capelle pour le montage du décor de cette cérémonie.

Citation des élus présents de la Région, du Département, du Parc Naturel Régional, des maires voisins, de Madame la Sous-Préfète, représentant l’État, des représentants de la Gendarmerie et des Pompiers, de la Présidente de l’Office de Tourisme du Pays de Limours, du Président du CIVAM.

Je remercie de leur présence tous ces élus et représentants, et l’ensemble de la communauté villageoise auquel cette cérémonie est d’abord dédiée, anciens et nouveaux habitants.

Car aux Molières, c’est bien une communauté que nous accompagnons par nos actions quotidiennes, car nous croyons ici que chacun peut prendre sa part à la vie du village et qu’il ne saurait y avoir les élus d’un côté, et les citoyens de l’autre.

C’est, dans cet esprit, un travail continu et bien plus prenant que de s’ériger simplement en administrateur pour gérer le quotidien.

Mais c’est un travail qui en vaut la peine car il construit la communauté autour de valeurs qui sont menacées si chacun reste dans l’entre-soi et cède à l’individualisme.
Ces valeurs sont la solidarité, la tolérance, le respect, la compréhension, l’éducation, la culture…

Les transformations d’une société et son progrès ne sont possibles qu’en prenant appui sur ces valeurs, et cependant le monde entier nous en éloigne sans cesse.

Ce n’est pas une fatalité pourtant, et cela peut même être un combat, aujourd’hui et demain. Mais avant de mener un combat, il faut connaître l’ennemi.

Et cet ennemi est multiple. Ce qui ne simplifie pas les choses.

L’ennemi, c’est d’abord la pensée totalitaire.
Elle se nourrit de la misère, des blessures et de l’absence de perspectives. Elle promeut l’engagement au service d’une loi suprême, pour laquelle il faudrait détruire tout ce qui n’y fait pas allégeance.

L’autre ennemi, plus difficile à circonscrire, c’est la pensée unique.
Elle regroupe des élites politiques et économiques qui, à différents degrés de conscience, s’arrangent de ces totalitarismes et de la médiocrité des sociétés modernes pour reproduire le système qui les enrichit.

Enfin, l’ennemi qui est en nous, c’est la pensée anéantie.
La précarité, la paresse ou la conjugaison de ces deux états, font naître l’ignorance et la passivité. C’est une première capitulation.
L’anéantissement de la pensée est un objectif pour notre premier ennemi, la pensée totalitaire ; elle est utile au second, la pensée unique.

Dès lors, il s’agit bien d’une Résistance à mettre en œuvre.
Résister à ces ennemis, c’est commencer par s’engager pour construire une société basée sur ces valeurs… la solidarité, la tolérance, le respect, la compréhension, l’éducation, la culture…

Et c’est tout de suite et maintenant, partout où cela est possible, sans faiblir lorsqu’un peu de cet ouvrage est détruit.
C’est ici, dans notre village, où chacun est appelé à prendre sa part dans cette construction.

Ce préambule politique n’est pas déconnecté de nos réalités quotidiennes et je vous invite à réfléchir, c’est tout.

On peut continuer à danser dans une maison qui brûle, mais on peut aussi prendre le temps de réfléchir au plein exercice de la citoyenneté et aux combats qui pourraient être les nôtres.

***

La construction de notre village et de sa communauté citoyenne a connu en 2015 nombre d’initiatives que je voudrais rappeler.

Trois aménagements de sécurité successifs ont permis d’apaiser la circulation automobile sur la Départementale 838 qui traverse le village.
L’augmentation des places de stationnement devant la boulangerie et l’épicerie, ou encore à proximité de notre poissonnier du vendredi matin a consolidé ces activités précieuses pour notre village. À ce titre, nous avons pu en 2015 nous réjouir de la réouverture de notre café.
Je remercie Marc Prabonnaud et Frédéric Fabre qui ont produit un travail efficace en amont et pendant la création de ces aménagements. Ce travail, avec l’aide du Département, va se poursuivre en 2016, dans le même esprit.

Sous l’autorité de Marc Prabonnaud, maire-adjoint aux travaux et à la sécurité, les agents des services techniques ont respecté une feuille de route épaisse et n’ont pas ménagé leurs efforts.
L’étendue du village et de ses espaces publics, rapportée à nos modestes moyens, c’est un défi qu’ils savent relever maintenant et nous serons attentifs à ce que cela continue et s’améliore encore.

Pour citer quelques travaux assurés en 2015, il y eut la dernière phase d’intervention pour l’étanchéité et la rénovation des toits de l’école, la pose d’un filet autour du citystade, le traitement continu de nombreux nids de poules, la pose de deux défibrillateurs au stade et au Paradou, l’isolation de la salle piano du Paradou la rénovation du hall d’accueil de la mairie, qui est en train de se parer d’une belle fresque signée Austin alias Joël Prince, l’amélioration de la place de la mairie, la rénovation des sanitaires et la pose de vidéo-projecteurs interactifs à l’école, ainsi que des dizaines d’interventions tout au long de l’année.

Toutes ces actions améliorent notre confort, notre sécurité et notre cadre de vie, auxquels nous sommes très attachés aux Molières.

Avec moi, Marc Prabonnaud mais aussi Stéphane Miot, délégué à la jeunesse, ont entretenu un dialogue constructif avec tous les jeunes et certains dont nous pouvons déplorer parfois des attitudes et méfaits inadmissibles. Ce dialogue limite le nombre de dégradations à mesure que chacun prend conscience du respect qu’il doit à son village.

L’autorité, dans le cadre des pouvoirs de police qui me sont confiés, ne saurait se passer d’un travail constructif de dialogue, mais ne saurait se substituer à l’action des parents auxquels je rappelle volontiers de bien vouloir exercer leur propre autorité.

Ainsi, les jobs d’été ont participé à la qualité de ce dialogue. Les réunions qu’organise Stéphane avec les élèves de sixième pour conserver ce lien précieux sont aussi importantes que la concrétisation de ce lien avec les CM1 et CM2 grâce à la création en octobre dernier du Conseil Municipal des Enfants.

Les enfants ont plein de projets, certains verront certainement le jour en 2016.

Je remercie Jean-Paul Gruffeille, délégué à la Citoyenneté, qui anime avec moi le Conseil Municipal des Enfants et ses commissions thématiques, comme il anime d’ailleurs avec Bernard Jullemier le Conseil des Sages.

En 2015, nos aînés ont commencé à se réunir le mardi à 14h ici-même dans la nouvelle salle polyvalente fraîchement réceptionnée. C’est Élisabeth Le Boulanger, conseillère municipale déléguée aux aînés, qui a fait un gros travail pour mettre cela en place, malgré des conditions de santé très difficiles mais aussi avec tout le soutien de l’équipe municipale et des bénévoles comme Frédérique Proust, Jacqueline Falaize ou encore Marie-Pascale Jullemier.

Tiens, c’est déjà la deuxième fois que je prononce le nom de Jullemier, qui fut le nom d’un Maire des Molières, et de propriétaires de la Ferme d’Armenon dont je vous reparlerai plus tard. C’est aujourd’hui le nom d’un couple emblématique de notre village, dans sa vie associative et sa vie municipale, et même au-delà du village pour des causes humanitaires ou encore à l’association de randonnée de Limours qui fait son Assemblée générale à cette même heure et nous prive donc de Bernard.
Ils doivent certainement parler, entre autres, de la Marche de Printemps qui aura lieu aux Molières et à Boullay le dimanche 20 mars !
Du coup c’est à Marie-Pascale que je vais remettre leur médaille de la commune des Molières.

Je disais de Marie-Pascale Jullemier qu’elle est bien souvent là aux rendez-vous du mardi, aux côtés d’Élisabeth Le Boulanger.

Ce rendez-vous hebdomadaire est une base pour organiser bien d’autres choses : des ateliers, des visites, des sorties.

En septembre dernier ce fut l’excursion sur le canal de Briare. Avec l’aide de Guy Demichel, Élisabeth propose aussi un programme de sorties et ce fut notamment les coulisses de l’Opéra Bastille l’année dernière.

Vous avez encore quelques jours pour réserver votre place pour visiter avec eux en février le Musée des Arts Forains à Paris.

Nous ferons en sorte en 2016 de soutenir et développer ces activités, mais nous n’oublions pas la vocation première d’un Centre Communal d’Action Sociale. Notre village est habité par une population majoritairement aisée, mais en même temps les plus fragiles d’entre nous connaissent parfois des situations qui se dégradent.
Aussi, si l’effort de la commune doit être plus important cette année, je veillerai avec Sylvie Naveau, maire-adjointe aux Solidarités, à faire en sorte que le budget du CCAS soit concentré sur les besoins de ces familles. C’est aussi le rôle de la Caisse des écoles et je remercie Stéphane Miot qui assure pour nous le suivi de ces deux budgets sociaux.
Avec lui, je remercie aussi les bénévoles et les parents qui permettent à la Caisse des écoles d’avoir les ressources financières qui lui permettent son action.

À travers les travaux et la Caisse des écoles, j’ai déjà évoqué l’école, c’est dire à quel point elle est au centre de notre action car nous croyons à l’éducation, à l’instruction publique, à l’enseignement des valeurs républicaines.
Dominique Binet, maire-adjointe à la petite-enfance et aux écoles, en assure le suivi dans cet esprit, en lien avec moi, pour soutenir les équipes éducatives et améliorer la qualité de service dans le cadre périscolaire.

Au sein du service périscolaire, le départ à la retraite d’un pilier tel que le fut Geneviève Gutierrez fut en 2015 un moment émouvant. Pendant de nombreuses années, ses qualités professionnelles et son caractère apprécié des enfants et parents méritent la reconnaissance de la commune aussi, Geneviève, je vais te remettre cette médaille, sans chanter une chanson de Julien Clerc cette fois !

L’école, c’est donc par là que passe le respect aussi bien quand la sanction peut être une convocation dans le bureau du Maire, que lorsque la construction de projets municipaux s’appuie sur un conseil municipal d’enfants.

C’est par là que passe la culture et les intervenants en musique, sport ou arts plastiques pris en charge par la commune.

C’est le travail de Stéphanie et Mélanie à la bibliothèque de l’école et maintenant aussi dans notre médiathèque.

Ce bouillonnement culturel nous voulons le produire pour vous, pour nos enfants et nous sommes aujourd’hui dans un nouveau lieu qu’ils vont s’approprier car tout ce qui y sera entrepris le sera pour eux et pour les Moliérois.

Monique Jacquet, Frédérique Proust et Élisabeth Roux, dans le secteur de la vie associative, culturelle et sportive, animé et coordonné par Sylvie Tréhin, maire-adjointe, vont produire pour nous tous la qualité de service public à la hauteur de ce que ces nouveaux espaces publics peuvent attendre de nous.

C’est ce qu’elles font déjà par une programmation culturelle qui se construit d’année en année.

Des contes pour la petite enfance, les personnes handicapées ou autistes, et pour nos aînés aussi, un partenariat intelligent avec le Théâtre de St Quentin en Yvelines, avec le Domaine de Quincampoix, avec la Lendemaine, avec la culture scientifique…

Des conférences aussi, qui vont pouvoir résonner dans ce nouvel espace sous des formes diverses.

Ainsi, dès le 27 janvier, une conférence de Serge Bianchi sur les arbres de la Liberté, de la Révolution au bicentenaire de 1989, vous est proposée.

Cette conférence sera accompagnée d’une petite exposition construite avec Michel Lesieur qui partagera ses souvenirs de l’arbre de la Liberté des Molières, l’ancien et le nouveau.

En effet, le 14 juillet dernier, notre commune a renoué avec notre Fête Nationale et désigné son nouvel arbre de la Liberté, quel moment magnifique au cœur de notre village !

La liberté, l’éducation, la culture, la fête : tout ce que nos ennemis détruisent, nous le reconstruirons sans cesse.

Et nous en construirons aussi la mémoire.

Avec l’aide d’Hugo Dacosta, conseiller municipal délégué aux fêtes et cérémonies, de Sylvie Tréhin et des membres du comité des fêtes, de Marc Prabonnaud et son appui logistique, le programme va s’enrichir encore cette année.

Car 2016, c’est la mémoire de la guerre d’Algérie et de nos morts, honorés d’une plaque et d’une commémoration du Cessez-le-feu du 19 mars 1962.
2016, c’est le retour de la course de Caisses à savon, avec l’aide de Jean-Luc Ser, le samedi 2 avril.
2016, ce sera peut-être aussi une brocante et fête foraine avec un grand soleil, qui sait ?

***

Coupler une cérémonie de vœux avec une inauguration c’était courir un risque, celui de me faire produire un discours trop long… Mais, si cela peut vous rassurer, je l’ai énormément réduit… et presque terminé.

Quelques remerciements encore, alors, avant de mettre définitivement le pied en 2016 dans ce nouvel espace culturel et associatif.

Des remerciements à l’ensemble des agents municipaux, qui sont confrontés à la tâche immense d’administrer ou d’entretenir notre village, d’accompagner nos enfants, avec les modestes moyens qui sont les nôtres, et avec une équipe municipale qui multiplie les initiatives autour desquelles, à chaque fois, une organisation et un travail sont nécessaires. Nous sommes très satisfaits de ce travail et nous travaillons quotidiennement à l’améliorer.

Parmi ces agents, en 2015, c’est aussi Christiane Perré qui a pu bénéficier d’une retraite méritée. Je l’ai déjà dit mais je le répète, Christiane a rempli sa mission avec une grande conscience professionnelle et une capacité, parfois même, à précéder nos demandes. Je crois qu’aucun des deux anciens maires ici présent ne me contrediraient.
Elle est fière de son village et continue à participer à l’œuvre collective qui en fait sa force. Christiane, c’est avec plaisir que je te remets cette médaille de la commune.

Des remerciements, aussi, à l’ensemble des membres de l’équipe municipale. Et pour ceux que je n’ai pas encore cités, Alexandre Vabre, Philippe Hévin, Christophe Bertrand, Karl-Heinz Gatterer, Cosima Croiset et Florence Hanna qui, chacun dans leur domaine et dans leur feuille de route qui s’adapte au gré de nos initiatives collectives, ont apporté leur pierre et leur contribution.

Une contribution qui va évoluer encore dans les années qui viennent pour certains :

Alexandre Vabre et l’exigence environnementale qui s’étend désormais à l’échelle du Parc Naturel Régional de la Haute Vallée de Chevreuse, mais aussi dans le cadre de l’amélioration du logement et de la diversité de l’offre sur la commune.

Christophe Bertrand et le nombre de nos commerces qui ne cesse de progresser ! mais aussi la valorisation des activités artisanales et libérales.

Karl-Heinz Gatterer et l’arrivée de la fibre optique et les relais nécessaires pour la 3G/4G mais aussi le développement du Plateau des Molières.

Il y a de quoi faire et chacun peu à peu prend naturellement sa place.
Je m’efforcerai, car c’est aussi mon rôle, de les y aider tous.

Et il y en a un qui est, plus que tous les autres certainement soulagé aujourd’hui par cette inauguration, c’est Frédéric Fabre !

Maire-adjoint au cadre de vie, à l’urbanisme et aux déplacements, chargé aussi de notre suivi budgétaire, il s’est trouvé depuis 21 mois, peut-être les a-t-il comptés, chargé de piloter le chantier de l’espace culturel & associatif, le plus souvent accompagné de Dominique Binet ou Philippe Hévin ou Marc Prabonnaud.

***

Le village a lui-même ressenti le poids de ce chantier, c’est vous dire ce que cela fut, pour les élus de notre équipe et celle qui nous a précédé…

Avec Frédéric, je souhaite remercier toutes les entreprises qui ont été invitées aujourd’hui et qui sont présentes ici. Nous adressons notamment au cabinet Projectio et plus précisément Pierre Lagouardat et Marc Pilatre, comme au cabinet Basalt et plus précisément Chloé Corman, nos plus vifs remerciements.

Comme parfois dans un orchestre, le « la » n’a peut-être pas été correctement entendu dès le début, mais Frédéric a été un diapason efficace, et chaque instrument a sonné pour finalement donner le meilleur de lui-même.
Il est vrai que dans le rôle du cor ou du tambour, je suis parfois venu produire quelques notes épaisses, mais aujourd’hui je veux remercier l’ensemble des entreprises, et rappeler que pour elles aussi, la durée excessive de ce chantier n’a pas été une sinécure, et elles ont dû parfois s’adapter douloureusement.

Avec Frédéric et toute l’équipe municipale, je voudrais maintenant remercier les initiateurs du projet.

Claude Guillemin, maire de notre village de 1977 à 2008, avait fait l’acquisition de cet ancien corps de ferme lors de son dernier mandat. Comme pour la propriété des De Broca qui est devenue le Paradou, Claude a toujours eu le souci de construire plus d’espace collectif et de service public pour les Moliérois.

Joël Mancion, maire entre 2008 et 2014, a défini les contours de ce nouvel espace et sélectionné l’architecte, avec l’aide du CAUE de l’Essonne.

Autour de ce projet, des aides et subventions ont pu être obtenues :

Celle du Département dans le cadre d’un contrat de territoire et d’un contrat rural, aussi j’en remercie aujourd’hui les représentants et j’appelle à mes côtés Madame Aurélie Gros, vice-présidente du Conseil Départemental de l’Essonne, chargée de la Culture, et Madame Laure Darcos, conseillère départementale élue sur notre canton de Gif-sur-Yvette.

L’aide aussi du Ministère de la Culture et de l’État, aussi je remercie et j’appelle à mes côtés Madame Chantal Castelnot, Sous-Préfète de Palaiseau,

L’aide de la Région Île de France, dans le cadre du contrat rural, et j’en remercie le représentant, fraîchement élu, Jean-Raymond Hugonet, conseiller régional, que j’invite à nous rejoindre.

Cet espace culturel & associatif, et sa situation dans la commune, vont transformer durablement notre cœur de village.

Nous allons travailler à ce que chacun se l’approprie et y trouve des motifs de satisfaction.

Tout à l’heure, après avoir dégusté une part de galette de notre boulanger, dans la salle polyvalente, vous pourrez faire un tour dans la salle d’exposition et découvrir l’exposition sur Guy Jean-Baptiste Target préparée par Mémoire au village.
Vous pourrez aussi découvrir la médiathèque.

Les bénévoles de la bibliothèque ont travaillé toute une semaine pour vous la présenter. C’est une grande étape dans la vie des livres et de la lecture dans notre village.
Si cette équipe est animée aujourd’hui par Dominique Binet, elle le fut longtemps par Christiane Blanluet, tandis que Jacques son mari présidait l’association Sports & Loisirs et rejoignait l’équipe municipale.
Vous l’avez compris, les Blanluet sont eux aussi un couple emblématique de la construction de notre village et de la passion qu’ils ont pour lui.
Chers Christiane et Jacques Blanluet, j’ai donc l’honneur de vous remettre cette médaille de la commune.

D’autres espaces ici vont apporter du service au public.

Bien sûr le cabinet médical, pour lequel environ 36 000 euros qui n’étaient pas prévus dans ce budget nous ont permis d’en créer tout l’aménagement, afin que les médecins du village puissent en bénéficier « clés en main ».

Dans la médiathèque, le Centre d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture en Milieu rural, le CIVAM de l’Hurepoix a installé ses bureaux, et nous en sommes très fiers.
Le travail qu’ils produisent pour valoriser nos terroirs et soutenir les initiatives locales est très important.

Parmi leurs adhérents, il y a de nombreux producteurs fermiers du territoire, et c’est intéressant pour nous de noter qu’ils sont à la fois dans un espace respectueux de l’environnement, avec par exemple la géothermie comme moyen de chauffage, et à la fois les nouveaux habitants d’une ancienne ferme…

Cette ferme appartenait à Guy Jean-Baptiste Target, comme celles de Quincampoix et d’Armenon.

Aujourd’hui les propriétaires du domaine de Quincampoix comme ceux de la ferme d’Armenon sont adhérents du CIVAM.
L’activité agricole de la ferme d’Armenon avait entamé sa reconversion bio et c’est dans quelques semaines que Mélodie et Abel Pithois achèveront ce processus. Tous deux représentent une nouvelle génération, qui a le souci de la provenance et de la qualité des produits.
Avec leurs chambres d’hôtes et un futur espace de location pour des événements, ils participent fortement au rayonnement de la commune et à sa démarche éco-touristique.
Les distinctions sont porteuses de mémoire mais aussi d’avenir, aussi l’engagement de Mélodie et Abel Pithois mérite la médaille de la commune et tous nos encouragements pour continuer ainsi.

***

Armenon, Quincampoix, et cette ferme rénovée où nous sommes aujourd’hui, appartenaient à Guy Jean-Baptiste Target, et c’est naturellement que l’équipe municipale qui nous a précédé a souhaiter le nommer ainsi.

Mémoire au village a préparé une exposition pour vous permettre de mieux faire connaissance avec Guy Jean-Baptiste Target et son rôle dans l’Histoire de France.

Je sais que certains de ses descendants sont ici et si, parmi eux, Joseph Hudault qui avait produit un remarquable travail sur son aïeul, n’est plus de ce monde, je souhaite féliciter les membres de Mémoire au village qui se sont appuyés sur ses travaux et de nombreuses traces de l’Histoire de France pour nous livrer une exposition magnifique.

L’implication de Guy Jean-Baptiste Target dans l’Histoire de la Révolution Française et de la naissance de la République est encore plus précisément détaillée dans la brochure que je vous conseille vivement de vous procurer.

Guy Jean-Baptiste Target fut un grand défenseur des progrès démocratiques, tout en cherchant à éviter les ruptures, toujours dangereuses et accompagnées de violence.

Il citait souvent Montesquieu à ce propos, rappelant « qu’il ne faut toucher aux lois que d’une main tremblante ».
Je ne sais ce qu’il penserait de notre monde actuel qui recherche aussi un nouveau débouché institutionnel, une réponse à l’exigence démocratique et à la nécessité d’une action collective utile et refondatrice…

Pour rendre hommage à l’une des propositions du député Target, plus anecdotique mais toujours en vigueur : « que l’on reconnaisse les maires et officiers municipaux à une écharpe tricolore », plutôt que de couper un ruban, nous allons revêtir nos écharpes tricolores de maire et de maire-adjoint,

Et voici donc l’Espace Culturel & Associatif Guy Jean-Baptiste Target officiellement inauguré ! Vive la République, en avant la Démocratie, et en avant Les Molières !
Très bonne année 2016 à toutes et à tous ! »

>  Télécharger ce discours

Partager

About Author

lesmolieres91

error: Content is protected !!