Rappel du contexte : une ambition éducative au service de l’enfant

En 2013 est promulguée la Loi Refondation de l’école portée par Vincent Peillon, alors Ministre de l’Éducation Nationale.
Elle est l’aboutissement d’un consensus entre professionnels de l’éducation, qui souhaitent revenir sur la semaine de 4 jours, laquelle a produit une baisse du niveau scolaire des élèves français comparativement aux autres pays de l’OCDE.
Sur les conseils de psychologues de l’éducation et de chronobiologistes, il est préparé une réforme visant à concentrer les apprentissages sur 5 matinées, et varier les activités de l’après-midi en demandant aux communes d’organiser une partie de celles-ci.

En septembre 2014, la nouvelle équipe municipale s’attache à proposer, fidèlement à son programme, des activités globalement ambitieuses, visant à stimuler la curiosité des enfants et leur ouvrir l’esprit, en complément des programmes assurés sur le temps scolaire : ce sont les Nouvelles Activités Périscolaires (NAP), qui ont lieu de 15h à 16h30 le mardi et le vendredi.
Le jardinage , le “Jardin extraordinaire”, la couture, les expériences scientifiques avec Jacques, le journal des NAP avec Mélanie, le chant avec Ginette, la photographie avec Jeannik, l’origami avec Junko, les arts plastiques avec K-Roll, le poney avec le Centre équestre, le permis piéton avec Rémi, l’aquarelle avec Armelle, la saisonnalité des légumes avec Philippe…etc.
Une coopération riche entre la commune, les agents du périscolaire, des animateurs, et plusieurs associations est mise en place, avec une réunion trimestrielle pour faire le point.
Ces NAP sont d’abord gratuits la première année, puis une participation de 3€ est demandée aux parents (selon quotient familial).
De la même façon qu’avec la mise en place du goûter, le coût de la semaine à l’école diminue.

En juin 2017, le gouvernement prend une décision inédite : laisser le choix aux communes de déroger à la loi et revenir à la semaine de 4 jours.

En mars-avril 2018, 3 matinées de concertation avec des “coachs” en intelligence collective sont organisées aux Molières.
Il n’en ressort pas de décision de déroger à la loi et donc les 4,5 jours sont maintenus.
Le sentiment général que se dégage de cette phase, est que ces activités sont plutôt appréciées par les enfants, et qu’une alternative permettant néanmoins de les conserver n’est manifestement pas mûre.
Néanmoins, un “comité éducation” est créé et propose de réunir élus, parents, professeurs et agents communaux. Il se réunit en juin et en juillet 2018, et travaille aux conditions d’accueil de l’enfant à l’école.

En novembre 2018, la troisième réunion du comité éducation fait le bilan de la rentrée et relance le processus de concertation.
Lors de ce comité, la position de la municipalité est beaucoup plus affirmée en faveur des 5 matinées ou 4,5 jours (voir article du maire ci-dessous).

> Une conférence présentée par Claire Leconte est proposée. Elle aura lieu le mercredi 9 janvier 2019 à 20h30 à l’Espace Culturel & Associatif.

> Un questionnaire par parent et par enfant sera distribué la semaine suivante.
Chaque parent pourra le remettre dans l’urne prévue à cet effet en mairie, en émargeant sur la liste des parents, jusqu’au 26 janvier à 12h.


Les professeurs

Voici le texte signé par l’ensemble des professeurs : “Les enseignantes remarquent un état de fatigue important en fin de semaine mais aussi une diminution de la concentration et de la qualité du travail fourni par les élèves.”


L’Union des Parents Indépendants

“Chers parents, vous avez la possibilité de vous exprimer !
Informez-vous et participez ! Plus vous serez nombreux à répondre au questionnaire du Comité éducation, plus le résultat sera représentatif de votre choix.
Nous avons souhaité garantir que personne ne puisse répondre deux fois et que l’anonymat soit préservé.
Pour vous aider à vous forger votre opinion, confronter et consolider votre avis, échanger avec nous et d’autres parents, nous mettons à votre disposition un forum accessible en bas à droite de la page d’accueil de notre site web http://upilesmolieres.e-monsite.com
On vous y attend !”


Yvan Lubraneski, Maire des Molières : “Il faut décider en fonction des temps d’apprentissage de l’enfant”

“Notre équipe municipale s’est engagée en 2014 sur une forte ambition éducative, notamment avec la mise en place d’activités périscolaires autour d’un rythme scolaire basé sur 5 matinées. La création du Conseil Municipal des Enfants a participé également d’un lien à construire entre les enfants, jeunes citoyens, et leur village.
Il y a encore quelques mois, je n’avais pas de dogme en la matière, et jugeais qu’après tout, 4 jours ou 4.5 jours, peu importe… du moment que nous puissions continuer à construire ce lien entre les enfants et leur village. C’est aussi ce qui a motivé une majorité de parents participant aux séances de concertation au printemps : “ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain”.
Avec mon adjointe aux écoles, la responsable des services périscolaires et un membre du comité éducation, j’ai assisté début novembre à un colloque de l’Observatoire des Rythmes et Temps de l’Enfant et du Jeune (ORTEJ) au siège de la MGEN à Paris.
Nous y avons retrouvé les villes de Paris, Grenoble, Avignon, Angers, Sceaux, Orsay, Morangis, et nombreux villages engagés dans la réussite éducative.
Aujourd’hui, encore 47% des écoliers français bénéficient de 5 matinées scolaires.

J’ai retenu de ce colloque 3 enseignements majeurs.

Au niveau national, les professionnels de l’éducation sont très majoritairement pour les cinq matinées, qui permettent de revenir sur le bilan très négatif pour l’enfant des 4 jours scolaires. Eux n’ont pas varié au gré des gouvernements successifs…
Les scientifiques, quant à eux, sont unanimes. En dehors de la nécessité de limiter pour l’enfant le nombre de coupures dans la semaine (pas le mercredi et seulement le week-end en limitant le décalage horaire), nous pouvons être heureux aux Molières de proposer des activités périscolaires le vendredi après-midi, qui fait partie des temps d’apprentissages à bannir à cause de “l’aspiration du week-end”.
La solidarité. C’est penser aux familles qui n’ont pas le choix. La semaine de 5 matinées leur revient moins cher; leurs enfants accèdent à des activités diverses auxquelles ils n’auraient peut-être pas accès facilement.”

Partager

About Author

Yvan Lubraneski

error: Content is protected !!