“Depuis lundi 18 juillet, et ce, jusqu’au 28 août prochain, ADP procède à des travaux sur une partie des pistes de son aéroport d’Orly. Durant cette période, de nombreux appareils sont déportés vers d’autres pistes et donc vers de nouveaux couloirs aériens, au grand dam de milliers de riverains au sud de Paris, qui n’ont pas l’habitude d’être survolés.

La raison de cette modification d’itinéraire est toute simple : l’une des pistes du deuxième plus grand aéroport de France en termes de trafic après celui de Roissy fait l’objet de travaux. Leur durée est estimée à six semaines, soit jusqu’au 28 août inclus. Aéroport de Paris (ADP), qui exploite le site, profite ainsi de cette période estivale pour réaliser ces travaux.

Depuis plusieurs mois, pelleteuses, bulldozers et grues ont pris place dans le décor de l’aéroport qui effectue un lifting sans précédent. Avec un programme évalué à un milliard et demi d’euros, l’aéroport d’Orly cherche à s’installer durablement dans la hiérarchie des meilleurs aéroports d’Europe. Plusieurs bâtiments doivent être conçus pour permettre à cette plateforme de flirter avec la barre des 33 millions de passagers par an d’ici les années 2020. Un pôle intermodal doit ainsi voir le jour, permettant aux voyageurs une fois descendus de l’avion de pouvoir rejoindre la ligne de tramway T7 ou encore le métro 14 qui pourrait arriver jusqu’à l’aéroport à l’horizon 2024.

En tout, ce sont plus de 2 000 décollages et atterrissages qui ont été décalés ou supprimés par les compagnies aériennes, sur une base volontaire. Seulement, la parade trouvée par l’aéroport pour transvaser les vols d’une piste vers l’autre entraîne un changement de la fréquentation des couloirs aériens. Ainsi, des zones peu survolées habituellement se retrouvent aujourd’hui à absorber une partie du trafic aérien. Si pour les communes qui sont situées sous le couloir aérien qui mène à la piste 3, la situation reste globalement la même, cela est tout autre pour les communes localisées sous le couloir conduisant à la piste 2.(…)”

Extraits d’un article paru sur Essonneinfo.fr

> La commune des Molières s’interroge sur l’opportunité d’effectuer ces travaux pendant les mois de juillet et août, alors que les rotations sont plus importantes dans les aéroports et que du point de vue des riverains de ceux-ci, il s’agit d’une période où l’on vit plus volontiers fenêtres ouvertes et à l’extérieur. Il est inquiétant par ailleurs d’apprendre que ces travaux se poursuivraient encore pendant 2 années sur la même période.

Partager

About Author

Yvan Lubraneski

error: Content is protected !!