Motion adoptée en Conseil municipal du 25 juin 2012

L’Agence Régionale de Santé d’Île-de-France a notifié par courrier du 16 février 2012, sa déci­sion relative à la demande présentée par le Centre Hospitalier d’Orsay en vue d’obtenir le renou­vellement de l’autorisation de pratiquer l’activité de soins de réanimation pour les adultes sur le site du Centre Hospitalier d’Orsay.

Ce courrier stipule dès son article 1er que : « L’autorisation d’exercer l’activité de réanimation pour les adultes détenue par le CHO est renouvelée, à titre transitoire, sur le site du CHO jusqu’à finalisation des travaux d’agrandissement du service de réanimation du Centre Hospitalier de Longjumeau ».
Cette période transitoire est évaluée à seulement 30 mois et ce, à compter du 2 juin 2012.
La réponse apportée ne nous satisfait donc pas.
En effet, le non renouvellement de l’autori­sation permettant de pratiquer l’activité de réanimation aurait des conséquences désastreuses sur l’ensemble des activités de l’hôpital. En premier lieu sur l’Unité de Soins Intensifs Neuro-Vasculaires, chacun convenant de la nécessité d’avoir une réanimation dans l’hôpital, pour exer­cer cette activité. En second lieu, sur la maternité dit de niveau « 2B », puisqu’il apparaît difficile de prendre en charge la pathologie maternelle du 3ème trimestre de grossesse en l’absence de réanimation.

Cela aurait pour conséquence directe l’accumulation de problèmes pour les urgences mises en difficulté par l’absence de réanimation sur le site.

Nous rappelons que l’activité de réanimation ne concerne pas uniquement les patients chirur­gicaux mais s’adresse également à toutes les détresses vitales ou potentiellement vitales, qui peuvent avoir pour origine une pathologie médicale.

Cette décision est d’autant plus incompréhensible qu’elle ne peut même pas se justifier par un recul d’activité. Au contraire, cette unité s’avère en constante augmentation.
Le projet médical commun en cours de réalisation et qui impliquent le CHO donc, et le CHL (Centre Hospitalier de Longjumeau) sous-jacent à cette décision inexplicable, n’est pourtant issu d’aucune étude médico-économique sérieuse. La pertinence de tels rapprochements est loin d’être démontrée. Ce projet n’est qu’un projet pour déstructurer l’hôpital d’Orsay au profit de l’hôpital de Longjumeau dans une logique financière que nous réprouvons.
Si un projet médical commun pourrait éventuellement trouver une cohérence sur certaines activités, un service de réanimation, lui doit obligatoirement être au sein de chaque hôpital : les bassins de vie du CHO et du CHL sont distincts, les risques encourus en terme de sécurité pour les patients seraient donc importants.
Par ailleurs, le développement à venir du Plateau de Saclay et les besoins afférents notamment en matière de santé devraient entraîner une toute autre stratégie.
Aussi, le Conseil municipal des Molières, réuni le 25 juin 2012, affirme que cette décision est en l’état inaccep­table et exige le maintien du service de réanimation du Centre Hospitalier d’Orsay.

*

*      *

La ville d’Orsay a mis en place une pétition en ligne, cliquez sur l’image ci-dessous

Défense hôpital public Orsay

 

Partager

About Author

lesmolieres91

error: Content is protected !!